-A +A

Avec les évolutions de notre société, nous tendons à de moins en moins marcher. De nombreuses avancées technologiques mises à disposition pour faciliter notre quotidien expliquent en grande partie la réduction de cette pratique : achat en ligne, livraison à domicile, dématérialisation des procédures, ascenseurs, ...

Pourtant, la marche est probablement l'une des méthodes de déplacement les plus faciles à mettre en place, mais aussi une des plus efficaces.

Sur le territoire du Pays de Grasse, la marche à pied représente 17% des parts modales (EMD 2009).

Bien que déjà importante, le Pays de Grasse encourage encore la progression de cette pratique par une politique dynamique en faveur des déplacements actifs : sécurisation des accès piétons, meilleur partage de l’espace public, mise aux normes PMR (Personnes à Mobiilité Réduite) des cheminements, le développement des transports en commun pour lesquels la marche à pied est souvent complémentaire, ainsi que la requalification des centres-villes et centres villages en partenariat avec les municipalités.


Quelques arguments en faveur de la marche à pieds :

Santé

- Réduirait de moitié les risques de cancers du côlon, des fractures du col du fémur ou de maladies cardio-vasculaires, sans oublier les problèmes liés à l’obésité.
- Joue un rôle important sur notre mental et constitue une méthode anti-stress en permettant de libérer notre esprit et de se détendre dans un environnement agréable et retiré des nuisances urbaines.
> Une marche « active » de 30 minutes par jour suffisent à diminuer de 20% le risque d’infarctus.

Économique

- Forte surconsommation de carburant sur les petits trajets effectués en ville et à moteur froid (plus 80% au premier km, plus 50% au deuxième) et usure prématurée du véhicule (démarrage, feux, moteur). 
- Demande très peu de ressources financières et procure en contrepartie un grand bienfait.

Écologique

- Réduire la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre.
- Améliorer le cadre de vie par un apaisement des zones urbanisées (diminution du trafic automobile, de la congestion et du bruit).

Pratique

- Performance de la marche là où une voiture ne l’est pas : temps de démarrage, temps de stationnement, limitation de la vitesse en centre-ville en faveur de la circulation des piétons, développement des zones piétonnes, ...